Des appli créées pour sauver des vies

    Constat

    Avec 40 000 à 50 000 cas par an, l’arrêt cardio-respiratoire ou ACR est l’une des premières causes de mortalité en France. En effet, malgré une alerte rapide et la célérité d’intervention des services de secours, le taux de survie post-ACR ne s’élève pas au-dessus des 5 à 7%. Ce faible pourcentage tient à plusieurs facteurs. Tout d’abord, un arrêt dit récupéré, c’est-à-dire où la procédure de réanimation mise en place permet de faire repartir le cœur de la victime, ne garantit pas pour autant sa survie in fine. La majorité meure malheureusement d’un nouvel ACR dans les jours qui suivent. Ensuite, un triste constat s’impose. Trop peu de gens sont formés aux gestes de premiers secours. En effet, leur part, en janvier 2020, représenterait tout juste 20% de la population française, selon les chiffres du Ministère de la Santé.

    Or la rapidité de la prise en charge est vitale (sans mauvais jeux de mots). Toute minute qui s’écoule et durant laquelle le cerveau ne reçoit pas d’oxygène équivaut à une diminution des chances de survie de la personne de l’ordre de 10% et une augmentation exponentielle des risques de séquelles. En prompt secours, cette période d’absence d’oxygénation a un nom: le « no flow« . Sa durée est déterminante pour la survie de la victime d’ACR. 

    L'appli ou l'outil du sauveteur du XXIème siècle

    En réaction à cette mortalité, des applications ont vu le jour autour des concepts de « Citoyen Sauveteur » ou de « Bon Samaritain ». L’objectif est simple: porter assistance immédiatement, dans l’intervalle de quelques minutes entre la survenue de l’ACR et l’arrivée des secours; et ce afin d’augmenter les chances de survie des victimes

    • STAYING ALIVE a été développée, à partir de 2015, avec la coopération de la Brigade de sapeurs pompiers de Paris (BSPP). Le dispositif a ensuite été déployé courant 2016 et conventionnée avec les Services Départementaux d’Incendie et de Secours (SDIS). Il est aujourd’hui  largement utilisée au sein de l’appareil pompier. 
    • SAUVLife, constituée en association de loi 1901 à but non lucratif, a développé son application en 2018. Elle a ensuite été progressivement déployée depuis 2019. Imaginée par Lionel LAMHAUT, médecin urgentiste au SAMU de Paris et co-fondateur, SAUVLife est aujourd’hui utilisée par tous les SAMU de France.

    Que vous soyez connectés sur l’une ou l’autre des deux applications, le principe de fonctionnement est le même. Lors de la prise d’appel, si un arrêt cardiaque est signalé, l’opérateur SAMU/pompier peut lancer une alerte via l’application. Le ou les utilisateurs se trouvant à proximité (cela suppose d’accepter la géolocalisation) reçoivent alors une notification sur leur smartphone. En cas de disponibilité, des informations complémentaires seront envoyées pour rejoindre la victime, suivies par des consignes, prodiguées par téléphone voire visio, pour guider l’utilisateur dans les gestes à effectuer jusqu’à l’arrivée des secours.

    Pour compléter leur palette, SAUVLife et STAYING ALIVE proposent également un référencement des défibrillateurs disponibles sur voie publique ou dans les établissement accueillant du public, à proximité du lieu d’intervention; ce qui permet de savoir facilement où se trouve le plus proche.

    Devenez acteurs!

    Les deux applications sont gratuites et compatibles avec tous les types de smartphones, quel que soit le système d’exploitation (Android, Blackberry, IOS, etc.). Il est possible de s’inscrire dès 15 ans (sous réserve d’une autorisation parentale pour les mineurs). Que vous soyez formés ou non aux gestes de premiers secours, vous pouvez portez assistance et faire la différence. Rejoignez-nous, on vous attend! 

    STAYING ALIVE est disponible

    sur l’App Store

    STAYING ALIVE est disponible

     sur Google Play

    SAUVLife est disponible 

    sur l’App Store

    SAUVLife est disponible 

    sur Google Play

    Et après?

    Une question gênante se pose tout de même au moment de conclure cet article… Fruit d’une prise de conscience récente qui fait suite aux attentats de novembre 2015, la formation aux gestes de premiers secours a été érigée en grande cause nationale pour l’année 2016.  La Journée mondiale des premiers secours (JMPS), évolution d’une initiative lancée par la Croix-Rouge française en 2000, permet ainsi de former gratuitement tous les volontaires au passage d’une alerte, à la réalisation d’un massage cardiaque et à la mise en oeuvre d’un défibrillateur. Dans le prolongement de cette démarche, les applications proposent désormais de s’impliquer concrètement et de soutenir, à son niveau, l’action des acteurs de prompt secours. Concurrentes par nature, SAUVLife et STAYING ALIVE se partagent actuellement la vedette dans la catégorie des applications de secours à personnes. Toutefois, une recherche rapide met en avant la multiplication rapide d’applications similaires: Association Française des Premiers Répondants, Sauveteurs Sans Frontière, Permis de Sauver et bien d’autres encore. 

    Une bonne volonté pourrait légitimement se sentir un peu perdue face à cette offre plurielle. En effet, comment choisir? Faut-il télécharger une ou plusieurs applications? Que faut-il penser de ce qui apparaît comme une guerre d’influence où l’enjeu n’est autre que la vie humaine?

    Cet article vous a plu ? Partagez le.

    Articles qui pourraient vous intéresser .