fbpx

    Feu de forêt #2 – Les équipements de sécurité sur intervention

    La saison estivale promet d’être sévère pour une année de plus. La vigilance de chacun, qu’elle soit du citoyen comme du sapeur-pompier, permettra de contenir au maximum les risques liés aux feux de forêts. La sécheresse que subissent nos terres ainsi que le dérèglement climatique nous donnent de nouveaux enjeux pour les feux d’espaces naturels, nous ne parlons plus uniquement de forêt mais de toute la végétation qui peut s’avérer très dangereuse.

    RESCUE18 va s’attacher à vous proposer des conseils et des rappels pour que cette saison se passe dans les meilleures conditions possibles pour tous.

    NDLR: les EPI qui vont vous être présentés dans cet article sont génériques et n’ont pas valeur à remplacer les EPI mis en place dans les différents SDIS. Chaque département équipe ses sapeurs-pompiers comme il le souhaite. Par conséquent, les équipements peuvent être différents que ceux cités ci-dessous, surtout dans la zone de défense sud. 

    Les équipements de protection individuelle spécifiques

    Le choix de la tenue est à la diligence du COS : Commandant des Opérations de Secours. Souvent au FDF3 Chef de GIFF. A défaut si vous n’êtes pas en groupe constitué, ce sera au chef de MIR : Module d’Intervention Rapide (2 CCF + VLHR) ou chef d’agrès du CCF. Si vous ne vous sentez pas en sécurité, il est important de le faire remonter pour demander à changer de tenue. Votre sécurité est primordiale !

    Tenue légère : Feu d'espaces naturels (FEN)

    Broussailles, fossés, petites haies, récoltes, noyage, surveillance...

    tenue fdf fen

    Tenue lourde : Feu de forêts (FDF)

    Attaque de flanc, défense de point sensible, ligne d'appui, FEN à fort rayonnement...

    tenue fdf fen

    La cagoule de fuite

    Il est impossible de porter un ARI (Appareil Respiratoire Isolant) sur des FEN, d’une part car la claie de portage se porte déjà sur le dos mais surtout par rapport aux contraintes physiologiques que cela impliquerait.

    Par conséquent, lorsque que l’incendie se rapproche dangereusement du binôme et que l’air devient irrespirable, il existe un EPI spécifique : La cagoule de fuite.

    Cette cagoule ne s’utilise qu’en cas de manœuvre de repli. Le porte lance pose sa lance en jet diffusé de protection au sol, le binôme coiffe la cagoule de fuite et ils remontent l’établissement jusqu’au CCF où ils seront en sécurité. Le binôme doit immédiatement prévenir son chef d’agrès de la manœuvre de repli s’il n’était pas avec eux sur l’établissement.

    Les équipements de protection collective : AMSEC

    Les AMSEC sont les AMénagements de SECurité mis en place dans les véhicules dédiés aux FEN : les CCF – Camion Citerne Feu de Forêt. Ces véhicules sont conçus spécifiquement pour lutter face aux dangers des feux de forêts et assurer la sécurité de l’équipage. Leur capacité de franchissement leur permet d’accéder dans des endroits où des camions classiques ne pourraient pas se rendre.  

    Les AMSEC extérieurs

    L'auto-protection

    Depuis 1996, les CCF sont équipés d’un système d’autoprotection. Si l’équipage est pris par le feu, ils ne peuvent plus fuir avec leur engin, ils peuvent se réfugier à l’intérieur de la cabine et déclencher l’autoprotection.
    Des buses, situées sur les arceaux pare-branches et sur les passages de roues, créent par aspersion un nuage d’eau protecteur autour de la cabine, des pneus, du moteur et des organes de pompe, et réalisent ainsi une parfaite protection contre les flammes. L’autoprotection peut être déclenchée soit de l’extérieur, soit de l’intérieur de la cabine, une pompe auxiliaire électrique est désormais obligatoire dans les normes de sécurité si la pompe devient HS. Le CCF dispose d’une réserve d’eau de plus de 300 litres pour cela. Sur les anciens véhicules, afin de préserver cette réserve, une alarme sonore avertit l’équipage lorsque le niveau limite est atteint, pour les CCF dernière génération cette réserve est dédiée à l’autoprotection et ne peut être utilisé pour de l’extinction.
    Ce système d’autoprotection permet à l’équipage de rester en toute sécurité, à l’intérieur de la cabine, pendant quelques minutes, en attendant que le front de flammes soit passé. Le bon fonctionnement de l’autoprotection est vérifié tous les jours par l’équipage du CCF.

    unpompiervolontaire.fr

    Les dispositifs réfléchissants

    L’emplacement des poignées de portes est signalé par de la peinture blanche, ce qui permet une meilleure localisation dans la fumée. Lors d’un repli d’urgence, le personnel se retrouve à l’arrière du camion, et guidé par le chef d’agrès en suivant les lignes de balisage jusqu’au poignées des portes entourées en blanc.

    SIDES

    Éléments de protection thermique

    Les éléments sensibles des CCF, comme les câbles électriques, les flexibles, les durites du moteur ou de l’autoprotection, ont reçu des protections spéciales contre la chaleur : ils sont entourés par des gaines à haute résistance mécanique et thermique assurant une protection jusqu’à 130°C.

    De même, les joints d’étanchéité des vitres et des portières sont résistants à la chaleur. Enfin, les vitres elles-mêmes sont recouvertes d’un film protecteur contre le rayonnement et contre les projection de verre en cas de bris de l’une d’elles.

    gyros-evasion.com

    Les AMSEC intérieurs

    Les arceaux de protection

    L’intérieur de la cabine est entouré d’une armature en arceau métallique tubulaire assurant un espace vital dans celle-ci en cas de retournement.

    Les accidents de ce genre sont malheureusement nombreux, le camion ayant une garde au sol très haute pour le franchissement; le centre de gravité est aussi très haut, le ballant de l’eau dans la cuve ne favorise en rien ce problème. Les dernières cuves des CCF SIDES, sont en forme de prisme à base triangulaire, ainsi l’eau reste donc toujours au centre du camion.

    SIDES

    L'air respirable

    Dans la cabine se trouve une ou deux bouteilles d’air respirable 6L 300b, semblables à celles des ARI. La surpression de la cabine permet d’éviter que la fumée n’y pénètre, à condition que celle-ci soit parfaitement hermétique (aérateurs, vitres et portières fermées).

    On trouve ainsi, dans la cabine, 1 ou 2 bouteilles d’air de 6 litres à 300 bars:
    – 1 destinée à la mise en surpression de la cabine (non obligatoire)
    – 1 alimentant les 5 demi-masques respiratoires de l’équipage.

    Il y a 5 demi-masques pour 4 personnes car il peut y avoir une personne extérieur à secourir et il ne faut pas oublier le Chef de GIFF et son conducteur qui n’ont pas d’air respirable (sauf certaines VLTT, mais très rare).

    SIDES

    Cet article vous a plu ? Partagez le.

    Articles qui pourraient vous intéresser .