fbpx

    Vous avez dit Dixmude ?

    Le 25 mars 2020, l’engagement des forces armées a été confirmé pour apporter un soutien dans la lutte interministérielle contre la propagation du Coronavirus. Nom de l’opération : « Résilience ».

    Ecusson opération Résilience (Wikimédia Commons)

    A ce titre, 2 navires de la marine nationale, porte-hélicoptères amphibies, sont déployés outremer : le Mistral et le Dixmude. Ce dernier a appareillé le 3 avril avec un passager particulier à bord : un Dragon, hélicoptère de la Sécurité Civile.

    A ce titre, 2 navires de la marine nationale, porte-hélicoptères amphibies, sont déployés outremer : le Mistral et le Dixmude. Ce dernier a appareillé le 3 avril avec un passager particulier à bord : un Dragon, hélicoptère de la Sécurité Civile.

    Photo: Emmanuel Huberdeau pour Air & Cosmos

    Pour découvrir le Dixmude...

    Rappelons au passage qu’un autre vecteur avait été baptisé auparavant du même nom. Il s’agissait d’un dirigeable de la Marine, victime d’un tragique accident en Méditerranée en décembre 1923. 44 marins périrent dans cette catastrophe et un monument a été érigé en leur mémoire sur la commune de Pierrefeu-du-Var. 

    Ce nom de «Dixmude » n’est par ailleurs pas étranger aux adeptes de phaléristique. Mais quelle est donc l’origine de ce nom ?

    Que ce soit pour le dirigeable ou pour le porte hélicoptère de la Marine nationale, ils rendent hommage à une bataille de la première guerre mondiale ayant eu pour siège la commune belge de Dixmude, située en Flandre occidentale.

    Source Google Maps

    En octobre 1914, une brigade de fusiliers-marins bretons a été déployée à Dixmude sous le commandement de l’amiral Ronarc’h. Ils ont opposé une résistance héroïque face aux troupes allemandes en surnombre. Près de la moitié des effectifs ont perdu la vie lors des combats et ce sacrifice leur a valu l’attribution d’un drapeau en janvier 1915. Il portait les inscriptions « République française régiment de marins » et « Honneur et Patrie ».

    Source : Wikimédia Commons

    Si vous vous intéressez à l’Histoire saupoudrée d’une bonne dose d’humour, la bataille de Dixmude est ci-dessous

    Mais alors quel lien avec les barrettes de rappel des décorations dénommées, elles aussi, « dixmudes » ?

    Deux théories existent :

    • Celle rapportant l’habitude qu’auraient eu les fusiliers-marins, ayant combattu à Dixmude, de porter un morceau du ruban de la croix de guerre car ils auraient été parmi les premiers à la recevoir en 1915.
    • Celle se basant sur le fait que c’était le nom de la marque d’un fabricant français, implanté à Paris, et reconnu pour la qualité des barrettes qu’il produisait. On retrouve ainsi des produits d’époque indiquant : « Barrettes Dixmude, marque et modèle déposés », « à double épingle de sûreté », « fixité parfaite ».

    Dixmude serait donc aux barrettes de décorations ce que sont les marques Frigidaire aux réfrigérateurs, Mobylette aux cyclomoteurs, et autres Sopalin aux papiers absorbants. C’est-à-dire un nom avec une renommée qui fait qu’il est assimilé au produit générique.

    Cependant, il n’est pas interdit de penser que cette marque s’est elle-même inspirée de la célèbre bataille de 1914 !

    Quand vous observerez à l’avenir des « placards » de décorations sur des tenues, pensez aussi aux fusiliers-marins, à leurs commandos aux noms prestigieux (Kieffer, Hubert), à leurs bérets verts et à leurs sacrifices, de Dixmude en 1914 jusqu’en 2019 où deux commandos sont tombés pour libérer des otages au Burkina Faso.

    Source Wikimédia Commons

    Cet article vous a plu ? Partagez le.

    Articles qui pourraient vous intéresser .