fbpx

    Comprendre le fonctionnement des caméras thermiques

    Si l’emploi des caméras à imagerie thermique tend à se démocratiser, il est important de bien connaître leur fonctionnement pour obtenir le meilleur rendement possible en opération.

    Une opération de lutte contre l’incendie consiste en une gestion complexe, précise et fine de l’énergie. Toutes les actions effectuées par les sapeurs-pompiers doivent donc viser à guider et diriger l’énergie thermique vers l’extérieur. Ce sont les différences relatives de température des surfaces visées (donc d’énergie) que va détecter une caméra thermique. À la différence de l’œil humain, une caméra thermique n’est sensible qu’aux infrarouges, pas à la lumière visible. Le transfert de l’énergie thermique par conduction, convection et radiation dépend étroitement de la structure des bâtiments (nature de l’enveloppe, volume, etc.).

    Les radiations infrarouges (IR) sont une partie du spectre électromagnétique. Nous percevons cette énergie sous la forme de chaleur. Il faut souligner que les IR ne sont pas de la lumière et ne se comportent pas comme la lumière. Cette notion est importante à se rappeler lors des opérations de diagnostic. Il faut se souvenir également que les IR ne traversent pas le verre. En revanche, selon de le principe de contraste thermique, les vitres chaudes apparaissent plus claires. De la même façon, les infrarouges ne traversent pas l’eau, mais passent à travers une certaine densité de brouillard ou à travers la vapeur selon la densité. Ce point est important, car l’environnement peut avoir une incidence sur l’emploi d’une caméra.

    Ainsi, des sprinklers en action peuvent occulter le feu, les obstacles, les victimes. Les recherches de victimes sur plan d’eau avec caméra thermique ne sont possibles que si la victime est hors de l’eau. Les feux sont très différents quand ils sont vus avec une caméra thermique. Les surfaces les plus chaudes apparaissent en blanc ou en clair et inversement. L’opérateur doit toujours savoir ce qu’il regarde et se souvenir que la mesure de la température est source de nombreuses erreurs d’interprétation sur toutes les caméras thermiques. En effet, les pyromètres, ou autre indicateur de température relative, n’indiquent pas la température de l’air ambiant. Ils se basent sur l’émissivité de la surface pour estimer la température de la surface. En cas de doute, il faut se fier à son expérience et surtout profiter de toutes les occasions pour s’entraîner avec ces « nouveaux yeux » !

    Un champ de vision ne peut pas servir de référence à un autre. D’où la relativité de l’imagerie thermique. © Djamel Ben Mohamed
    © MSA-Gallet

    Pour en savoir plus...

    Caméra thermique et angle de vue

    Utiliser une caméra thermique est relativement facile. Toutefois, il est important de connaître ses caractéristiques techniques et notamment son angle de vue, afin de ne

    Lire plus »

    L’essentiel sur la caméra thermique

    Apprenez en plus avec notre partenaire InfoPompiers

    Cet article vous a plu ? Partagez le.

    Articles qui pourraient vous intéresser .