Les drapeaux réglementaires des forces de sécurité civile

    Rescue 18 vous a parlé, au travers d’un article de Stan, du drapeau français « symbole de la République », composé de trois bandes verticales égales bleu, blanc et rouge.

    Intéressons-nous aux drapeaux réglementaires en vigueur dans les unités de sécurité civile (sapeurs, sauveteurs, démineurs et marins).

    Les unités militaires sont dépositaires d’un emblème officiel de la République au travers des régiments et des écoles. C’est ainsi le cas de:

    • la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (depuis le 14 juillet 1880*)
    • du Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille (depuis le 30 avril 1992)
    • des unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (depuis 1990 et 2007)

    Les sapeurs-pompiers territoriaux se sont vus confier un emblème réglementaire, d’inspiration militaire et républicaine, à partir de 2001. Ainsi deux décrets, en date du 6 février 2001, attribuent un tel drapeau aux corps départementaux de sapeurs-pompiers et à l’Ecole Nationale Supérieure des Officiers de Sapeurs-Pompiers.

    Instauration du 14 juillet comme fête nationale et remise des nouveaux drapeaux et étendards aux régiments de l’Armée à l’hippodrome de Longchamp.

    Nota : Malgré l’ancienneté de ces décrets, certains corps départementaux semblent être encore dotés de drapeaux d’un modèle antérieur et non renouvelés.

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005630599

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005630600

    Le service du déminage de la sécurité civile s’est vu attribuer un drapeau par un décret de mai 2005. C’est une particularité, car c’est le seul service de la DGSCGC à en être doté, et peut-être aussi le seul à pouvoir constituer une garde !

    Enfin, le décret 2015-677 du 17 juin 2015 officialisera la création auprès de la DGSCGC d’un détachement d’honneur dénommé : « bataillon des sapeurs-pompiers de France », avec pour fonction exclusive la représentation de l’ensemble des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires lors de cérémonies nationales. Un drapeau officiel lui est attribué.

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030744313&categorieLien=id

    Drapeau, Etendard, Pavillon

    On distingue traditionnellement ces trois appellations.

    Le drapeau désigne une pièce de tissu fixée de façon définitive sur une hampe (généralement en bois).

    L’étendard est un drapeau propre aux unités de cavalerie ou de certaines unités de tradition comme le Train.

    Le pavillon est un drapeau destiné à être hissé sur un mât au moyen d’une corde appelée drisse (de l’italien « drizzare » = hisser). Les navires sont dotés d’un « pavillon » de nationalité à leur poupe. Notons que les pavillons de la Marine nationale ne sont pas constitués de trois bandes tricolores égales, comme c’est la norme pour l’emblème national, mais de proportions différentes afin de corriger un effet d’optique lorsqu’ils flottent au vent (30/33/37).

    Les dimensions des drapeaux et des étendards se différencient également : carrés de 90 cm x 90 cm pour les premiers, 64 cm x 64 cm pour les seconds. Pour mémoire, les drapeaux associatifs ont souvent une dimension de 120 cm x 100 cm.

    Description du drapeau

    Le drapeau est constitué par :

    Un tablier, pièce de tissu entourée de franges d’or, assimilé de manière réductrice au drapeau lui-même, et comportant un « avers » et un « revers ». Ces termes désignent les deux faces, l’avers étant la face du drapeau quand la hampe est à sa gauche.

    Une hampe en bois avec une pique métallique au sommet.

    Une « cravate », pouvant recevoir les décorations décernées à titre collectif et des fourragères fixées sur un anneau reliant la cravate à la hampe.

    Les drapeaux des sapeurs-pompiers territoriaux sont directement inspirés des drapeaux militaires aux caractéristiques suivantes :

    Inscription sur l’avers « REPUBLIQUE FRANCAISE », traduisant le fait que la République confie une mission à une unité, et dénomination de cette unité :

    « SAPEURS POMPIERS DE PARIS »

    « MARINS POMPIERS DE MARSEILLE »

     » GROUPEMENT DES UNITES MILITAIRES DE LA SECURITE CIVILE « 

    « 1ER (7E) REGIMENT D’INSTRUCTION ET D’INTERVENTION DE LA SECURITE CIVILE »

    « CORPS DÉPARTEMENTAL DE SAPEURS-POMPIERS DE (nom du département) »

    « ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES OFFICIERS DE SAPEURS-POMPIERS »

     » SECURITE CIVILE DEMINAGE »

    « BATAILLON DES SAPEURS-POMPIERS DE FRANCE»

    Inscription sur le revers d’une devise et des batailles ou campagnes où l’unité s’est illustrée

     

    Les devises

    La devise propre à l’armée française est « Honneur et Patrie », définissant ainsi, selon le général Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major des armées, le « pourquoi » de l’engagement et le « comment ».

    L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-27.png.

    Particularités : la Légion étrangère dont la devise est « Honneur et Fidélité » et la BSPP pour laquelle « Honneur et Patrie » se voit compléter par « Dévouement et Discipline »

    La devise « Courage et Dévouement » est retenue pour les sapeurs-pompiers territoriaux. 

    « Réussir ou Périr » est celle propre aux démineurs

    Aux quatre coins de l’emblème, une couronne composée elle-même de deux demi-couronnes, l’une de laurier (symbole de la victoire), l’autre de chêne (symbole de la force). Ces couronnes peuvent être seules ou entourer un motif ou des lettres :

    • Numéro d’un régiment
    • Motif (ex : ancre pour la Marine nationale)
    • Lettres (ex : RF pour République Française, EP pour Ecole Polytechnique)
    • Grenade flammée

    Notons au passage qu’il est curieux de constater des écarts d’écriture dans les décrets définissant les drapeaux des corps départementaux, de l’ENSOSP et du bataillon des sapeurs-pompiers de France. Ils concernent la description du marquage des lettres « RF » sur l’avers :

    Corps départementaux :

    Aux quatre angles de l’avers sont peintes en or à la feuille sur enduit spécial, en capitales de 50 mm de hauteur, les lettres  » RF « .

    ENSOSP et bataillon des sapeurs-pompiers de France :

    Aux quatre angles de l’avers sont peintes en or à la feuille, sur enduit spécial, dans une couronne de feuilles chêne et laurier, en capitales de 50 mm de hauteur, les lettres  » RF « 

    Toutes les autres descriptions sont strictement communes et identiques. Il pourrait donc s’agir d’une erreur matérielle car on observe que les drapeaux réglementaires des corps départementaux possèdent bien, comme tous les autres drapeaux civils et militaires le marquage « RF » dans les couronnes de laurier et de chêne (en contradiction avec le décret !).

    De l’usage des drapeaux durant les cérémonies

    Lorsqu’un drapeau est attribué à une unité, il symbolise à la fois la patrie et l’unité concernée. Il fait partie intégrante de son patrimoine et est confié à son commandant qui en est le « détenteur responsable ». Le drapeau, confié à une garde, est donc généralement présent aux cérémonies en présence du commandant d’unité, ou a minima de son adjoint.

    Les « honneurs » rendus lors des cérémonies pour présenter un hommage particulier à des personnes ou à des symboles concernent au premier chef les drapeaux.

    La garde au drapeau

    Les décrets précités évoquent une garde sans fixer un effectif. Seul celui concernant le bataillon des sapeurs-pompiers de France évoque une escorte de six sapeurs-pompiers, respectant ainsi les règles issues du cérémonial militaire (Décret n°2004-1101 du 15 octobre 2004). Rappelons les principales d’entre elles :

    • Le drapeau est porté par un officier subalterne ou un adjudant-chef. Il tient le drapeau légèrement incliné, le bras droit plié, le coude droit au contact du corps, le talon de la hampe à la hanche droite.
    • La garde est composée de deux sous-officiers qui encadrent le porte-drapeau, et de trois militaires (personnels) du rang qui forment le second rang. Ces militaires (personnels) sont choisis, si possible, parmi les titulaires de décorations.
    • Le drapeau n’est incliné que pour rendre les honneurs au Président de la République (sorti du fourreau et placé à l’horizontale).
    • Le drapeau est légèrement incliné pour recevoir une décoration (agrafée sur la cravate)
    • Le crêpe noir, signe de deuil, n’est arboré sur le drapeau (pique) que dans un seul cas : le décès du Président de la République en exercice.

    Le drapeau et les principales phases d’une cérémonie

    Avant l’accueil des autorités, honneurs rendus au drapeau à son arrivée dans le dispositif (musique « au drapeau » et refrain de la Marseillaise).

    A l’accueil des autorités, salut au drapeau (hymne national intégral).

    Déplacement du garde drapeau sans sa garde pour les remises de décorations.

    Des erreurs de protocole communément observées dans les corps départementaux :

    • Confusion entre les honneurs au drapeau et le salut à l’emblème
    • Inclinaison du drapeau pendant la sonnerie aux morts
    • Echange du drapeau du corps départemental lors de passations de commandement d’unités élémentaires (elles ont vocation à être dotées d’un emblème de type fanion)

    Enfin, n’oublions pas le soin particulier qui doit être apporté à la conservation des drapeaux et à leur entretien, notamment si l’emblème a été mouillé, en se fiant simplement aux recommandations des fabricants.

    Ce respect des consignes pourrait éviter, pour ce domaine, d’essuyer … un revers !

    Cet article vous a plu ? Partagez le.

    Articles qui pourraient vous intéresser .